Archive pour 'éducation'

Campagne d’ information nationale sur les éléctions de parents d’ elèves

« Depuis 10 ans, la FCPE réclame et vient d’obtenir que soit organisée et financée une campagne médiatique d’information et d’incitation au vote des parents. Bien sûr, la fédération continuera à demander que cette impulsion soit relayée dans les académies. Nous serons vigilants sur tout dysfonctionnement qui pourrait être constaté sur le terrain. Nous demanderons à ce qu’il y ait une publication des résultats avant la fin du mois d’octobre 2010.

Cette campagne aura lieu du 11 au 15 octobre à la radio et dans la presse quotidienne régionale et nationale. Elle devrait avoir pour effet un meilleur taux de participation aux élections et donc une meilleure représentativité de la FCPE au sein des établissements. »

Extrait du dossier de presse:

La campagne de promotion des élections

des représentants de parents d’élèves

Les élections des représentants de parents d’élèves aux conseils d’école et aux conseils

d’administration pour l’année scolaire 2010-2011 se dérouleront le vendredi 15 ou

le samedi 16 octobre 2010.

A cette occasion, Luc Chatel, ministre de l’Education nationale et porte-parole du

Gouvernement, a souhaité, aux côtés de Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération

des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE), Philippe Vrand, président de l’association des

Parents d’Elèves de l’Enseignement Public (PEEP) et Béatrice Chesnel, présidente de

l’Union Nationale des Associations Autonomes des Parents d’Elèves (UNAAPE), renforcer le

dialogue entre l’Ecole et les parents en lançant une campagne de promotion des

représentants de parents d’élèves du 11 au 16 octobre 2010.

La campagne de communication comporte deux volets :

1/ Une campagne presse dans la Presse Quotidienne Régionale, la Presse

Quotidienne Gratuite (20 minutes, Métro) et la Presse Quotidienne Nationale (Le Figaro,

Le Monde, Libération)

2/ Une campagne radio avec la diffusion d’un spot de 30 secondes sur les grandes

stations nationales et régionales : Europe 1, Virgin, RFM, Fun Radio, NRJ, RMC,

Skyrock, France Inter et les Indépendantes.

L’information sera relayée sur le site www.education.gouv.fr ainsi que sur les sites

académiques.

Luc Chatel veut encourager les parents à participer à la vie de l’établissement et à assurer

pleinement leur rôle dans la communauté éducative.

Comment supprimer des postes d’enseignants ?

Extrait de fiches redigé par le ministère de l’ éducation nationale remis aux recteurs d’ académies :

  1. Augmentation de la taille des classes dans le 1er degré

  1. Définition de la mesure

L’augmentation de la taille moyenne des classes a un impact direct et très important sur les besoins en E.T.P. dans le premier degré. La définition et l’utilisation des seuils d’ouverture et de fermeture de classes peuvent contribuer efficacement à une augmentation du nombre moyen d’élèves par classe.

L’augmentation de la taille des classes peut aussi provenir de l’augmentation de la taille des écoles, selon divers effets de structures (fermeture d’écoles, gestion des élèves à l’échelle d’une commune, regroupements de différentes natures…).

Les effets de structures introduisent, en effet, des rigidités qui ne sont pas sans conséquence sur l’optimisation de la taille des classes et, donc, sur les dotations en emplois. Outre les leviers d’action liés aux modalités d’affectation des élèves et à l’augmentation des seuils de création de classes, les fusions d’écoles ainsi que la mise en place des regroupements pédagogiques intercommunaux sont de nature à permettre une répartition plus homogène et plus cohérente des effectifs tout en réduisant le nombre de classes nécessaires.

  1. Exposé des motifs

La diversité des pratiques dans les départements montre que toutes les marges en termes de taille des classes n’ont pas encore été utilisées. D’une manière générale, les méthodes les plus répandues ont pour objectif l’amélioration ou la préservation des taux d’encadrement dans un contexte d’augmentation relative des moyens dans les classes.

Hors cas ou situations spécifiques, les études et expériences les plus récentes indiquent que la diminution des effectifs dans les classes n’a pas d’effet avéré sur les résultats des élèves et que les très petites écoles ne s’avèrent plus toujours performantes.

La réduction ou le maintien de la taille des classes doit ainsi être réservée aux secteurs relevant de l’éducation prioritaire et être strictement accompagnée (pédagogie) et encadrée (évaluation).

L’augmentation de la taille des classes peut donc être globalement envisagée sans dégradation des résultats des élèves…

2- Réduction du besoin de remplacement dans le 1er degré

  1. Définition de la mesure

Jusqu’alors, l’optimisation du remplacement a surtout porté sur l’organisation du système de remplacement.

Il s’agit pour l’académie d’explorer une voie qui consiste à organiser tout ou partie des sessions de formation continue en dehors des pics d’absence (automne et printemps) ou mieux, en dehors du temps scolaire (mercredi après-midi et pendant les vacances scolaires).

C’est cette dernière mesure qu’il est proposé d’explorer.

Par ailleurs, une piste d’optimisation du coût en emplois du remplacement réside dans le recours à des non titulaires en substitution à des titulaires pour assurer une part du remplacement, les non titulaires présentant une ressource plus flexible dont le rendement est proche de 100 %.

  1. Exposé des motifs

La formation continue est la principale variable d’ajustement du remplacement : lorsqu’il y a tension sur les remplacements pour congés de maladie et de maternité, les stages de formation continue sont annulés afin de mobiliser les personnels des brigades sur le remplacement des absences pour maladie ou maternité. Cette situation n’est pas satisfaisante : il convient donc d’agir sur l’organisation de la formation continue pour maintenir son niveau, tout en permettant de réduire son « poids » sur le besoin de remplacement.

Dans le cadre de la réforme du recrutement, il est judicieux d’offrir à des étudiants la possibilité de se familiariser avec la pratique enseignante, en dehors des stages déjà prévus pour les étudiants en master.

Les cas de figure suivants doivent être examinés :

  • le recours aux non –titulaires sur les besoins de remplacement courts, les titulaires étant mobilisés sur les absences de longue durée ;

  • le calibrage du remplacement en titulaire sur le niveau moyen annuel du besoin de remplacement et le « financement » des pics d’absence par le recours aux non-titulaires…

4- Sédentarisation des enseignants « hors la classe »

  1. Définition de la mesure

Un indicateur LOLF recense la part du potentiel enseignant en responsabilité d’une classe. Il représente 83,07 % des emplois. Cet indicateur correspond à plus de 52 000 emplois.

Cela étant, le nombre des enseignants « hors la classe » peut être limité à certaines catégories de personnels :

- les enseignants chargés de la prévention et du traitement des difficultés scolaires (dont RASED) : 12 918,5 emplois ;

- les enseignants qui accueillent les primo-arrivants : 920,75 emplois ;

- les enseignants affectés à la scolarisation des enfants malades ou handicapés, hors classe d’inclusion scolaire et classe d’adaptation : 4 102 emplois ;

- les enseignants affectés à l’enseignement à l’extérieur des écoles : 1 987,5 emplois ;

- les conseillers pédagogiques : 3 618,25 emplois ;

- les personnels en situations diverses (MAD, fonctions exceptionnelles, PACD/PALD, décharges syndicales) : 1 783,5 emplois.

Ces personnels représentent 25 353,5 emplois à la rentrée 2009.

  1. Exposé des motifs

La réforme de l’enseignement primaire visait à la fois à recentrer les actions de l’école sur les apprentissages fondamentaux et à renforcer la capacité des enseignants à mieux prendre en charge la difficulté scolaire au sein de leur classe.

La durée de l’enseignement scolaire dans le premier degré est désormais fixée à vingt-quatre heures hebdomadaires dispensées à tous les élèves auxquelles s’ajoutent deux heures d’aide personnalisée en très petits groupes pour les élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages. Cet effort représente l’équivalent de 16 000 postes d’enseignants entièrement dédiés à aider les élèves qui en ont le plus besoin.

Dans ce nouveau contexte, la contribution des enseignants spécialisés des RASED, qui s’ajoute à cet effort, doit évoluer.

Plusieurs scénarios doivent être examinés :

  1.  
    • suppression des seuls maîtres G (non-remplacement des départs en retraite et affectation en classe) et poursuite de la politique de sédentarisation des maîtres E dans les écoles où la difficulté scolaire se manifeste le plus (sans économie) ;

    • suppression des maîtres G et des maîtres E ; pour ces derniers, il convient d’estimer quel est le besoin de maîtres E maintenus en « surnuméraires » dans les écoles, voire dans des structures ad hoc (milieu rural par exemple) ;

    • un troisième scénario intègre, en plus du scénario précédent, la mise en extinction des psychologues scolaires.

S’agissant des autres enseignants n’assurant pas la responsabilité d’une classe, conseillers pédagogiques ou « faisant fonction », personnels assurant des fonctions d’animation, de soutien et de coordination pédagogiques ou des fonctions administratives, postes dits « exceptionnels », les « taux d’encadrement » sont très variables et ne correspondent pas nécessairement aux caractéristiques territoriales et structurelles. Des marges d’optimisation existent et doivent être mises en œuvre. Il s’agit également de recentrer ces personnels sur la politique éducative, d’éviter la dispersion de leur activité au profit d’activités périphériques et de réexaminer le bien-fondé de certaines situations, qui correspondaient à des besoins ponctuels.

  1. Références juridiques

Les obligations de service des personnels enseignants du premier degré sont régies par le décret n° 2008-775 du 30-7-2008.

La circulaire n° 2009-088 du 17 juillet 2009 a actualisé le fonctionnement des RASED et préciser les missions des enseignants spécialisés qui travaillent dans ce dispositif.

  1. Eléments de contexte

A la rentrée 2009, environ 2 000 emplois de RASED ont été supprimés, ces emplois étant principalement occupés par des professeurs des écoles qui n’étaient pas titulaires d’un diplôme d’enseignement spécialisé. 248 emplois affectés aux besoins éducatifs particuliers ont été supprimés. Au total, 2 200 emplois ont été supprimés, alors qu’une mesure de suppression de 3 000 emplois était inscrite au PLF 2009. Par ailleurs 1 248 emplois de RASED ont été affectés en surnuméraire auprès d’une ou deux écoles concentrant des difficultés sociales importantes.

Les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette mesure montrent qu’elle nécessite une affirmation et un accompagnement politiques importants. Il vous est demandé ici un exercice d’évaluation du besoin minimal en maîtres E et des conséquences en termes de libération d’emplois de l’absence de recrutement nouveau de psychologues scolaires et de maîtres G…

Rapport du HCE ( haut conseil de l’ éducation) sur l’ avenir du collège

Article issu du site internet www.cafepedagogique.net

Le HCE veut un collège du socle commun

Attendu depuis des mois, le rapport du Haut Conseil de l’Education demande la mise en place d’une « école du socle commun », regroupant école et collège, pour appliquer réellement au collège le socle commun. Pour cela il demande une formation professionnelle des enseignants, une refonte des programmes, une large autonomie, y compris financière, des collèges et un engagement effectif du ministère…

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2010/10/04102010Accueil.aspx

12345...8

The shih-tzu |
noelbahiaplume |
MUSIC |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jraphael
| shanti
| marilouchocolate